Marc Ruchmann © La Mante Religieuse

Paris, 30 mai 2014 (AFP) – 30/05/2014 07h07

En salles mercredi, deux premiers films, une comédie un peu décalée (…) et « La mante religieuse », de Natalie Saracco avec une Mylène Jampanoï en séductrice de prêtre.

« La mante religieuse », de Natalie Saracco, a pour héroïne une sorte de Marie-Madeleine des temps modernes répondant au nom de Jézabel (Mylène Jampanoï).

Séductrice, libre et rebelle, elle repousse sans arrêt les limites de la transgression. Un jour, elle croise sur sa route David, un curé séduisant (Marc Ruchmann), et décide qu’il doit atterrir dans son lit.

La réalisatrice raconte avoir écrit cette histoire après avoir frôlé la mort. Le scénario entend faire réfléchir dit-elle sur l’amour (comment on peut aimer si on se déteste soi même), le sens de la vie, le célibat des prêtres, la religion etc.

A ceux qui trouveraient que les personnages sont « too much », Natalie Saracco répond que « c’est le propre des êtres épris d’absolu dont je fais partie ». La cinéaste explique également ne pas avoir voulu choquer les chrétiens. « Le côté trash, voire violent, de certaines scènes est là pour révéler la psychologie, la fragilité des personnages », souligne-t-elle.

    Poster un commentaire

    Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

    You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>